Le paradis du Flipper à Osaka

Par Posted on 2 min lecture

Lors d’une de mes régulières explorations de la ville d’Osaka, je suis tombé par hasard sur une salle de jeu spécialisée dans les Flippers. Je ne suis pas personnellement un fan irréductible de ce jeu mais j’adore leur charme rétro type année 80/90.

flipper-osaka-05

The Silver Ball Planet est une salle où se trouve une belle brochette de ces rectangles colorés. Je ne me souviens pas en avoir vu autant réunis au même endroit. Pour les fans, il y a vraiment matière à s’éclater ! Notez que les parties sont à 100¥.

flipper-osaka-04

Certains sont de véritables bombes de nostalgie ! Japon oblige, il y a des Flipper sur l’univers de Mario !

flipper-osaka-06

Ce genre de salles me font toujours peur. Trop ciblées pour qu’elles perdurent sans encombre. Mais ce jeu, passé aux oubliettes, semble avoir encore une communauté de fans actifs lors d’évènements et de tournois créés pour l’occasion. Ceux de tout le Kansai se réunissent d’ailleurs parfois ici.
Je n’aimerais pas la voir fermer. Il faut soutenir ce genre d’initiative. Je me charge donc simplement de relayer l’information afin de donner, moi aussi, un petit coup de pouce à cette salle en plein coeur du quartier d’Amemura.

flipper-osaka-01

Et n’oubliez pas au passage d’admirer les escalators arrondis du Big Step, le centre commercial où se trouve cette salle !

escalator-arrondi-osaka

INFORMATIONS
The Silver Ball Planet – ザ・シルバーボールプラネット
11:00 〜 20:00
Nishi-Shinsaibashi 1-6-14, Chuo-ku, Osaka
Tél : 06-6258-5000
Situé au 3eme étage du centre commercial Big Step à Amerika-mura
Pour plus d’infos : http://big-step.co.jp/event/detail/52/

__________

Suivez moi sur Twitter, Facebook et Instagram

Assister à un tournoi de Sumo à Osaka

Par Posted on 4 min lecture

Bien que trouvant ses origines dans le Kansai (région de Nara plus précisément), le sumo est aujourd’hui surtout vivace à Tokyo. Cette dernière jouie des meilleurs infrastructures de tout le pays. C’est aussi dans la capitale que se trouvent la plupart des Heya, les écoles de sumo. Mais, sport national emblématique oblige, les tournois ont lieu dans plusieurs villes : Tokyo bien entendu, mais aussi Nagoya, Fukuoka et Osaka.
Cette année je suis allé pour la première fois voir un tournoi de sumo à Osaka. Chaque année il a lieu en mars dans le Gymnase Préfectoral d’Osaka, à Namba, fardé pour l’occasion.

osaka-sumo-08

Les tickets sont valables à la journée. Il vous est possible de sortir une fois seulement. Tôt le matin, dans une salle presque vide, s’affrontent les jeunes sumo des divisions les plus basses. Plus on avance dans la journée et plus on monte en niveau pour atteindre les grades Juryo vers 14h20, puis Makûchi vers 15h45. Chaque changement de grade commence avec la présentation des lutteurs et de petites cérémonies.

osaka-sumo-01

Le niveau Makûchi est celui où l’on peut voir les lutteurs stars des plus hauts niveaux, comme les Yokozuna et les Ozeki. Yokozuna est un grade honorifique donné à vie aux tout meilleurs sumo.

osaka-sumo-03

Le sumo était à l’origine un cérémonie shintô. Ce sport est encore aujourd’hui régi par les codes de cette croyance religieuse locale. C’est pourquoi nous retrouvons par exemple un toit de sanctuaire shintô en suspension au dessus de l’arène.

osaka-sumo-05

C’est une expérience étrange et fascinante. Ces lutteurs sont très souvent impressionnants ! L’énergie qui se dégage de leur confrontation se ressent jusqu’au loin dans les tribunes. Et tout ce qu’il se passe avant et après le combat est intéressant bien qu’un peu répétitif. Tout est codifié et l’on ne peut échapper à la procédure. J’aime beaucoup celle du jeté de sel servant à purifier l’arène.

osaka-sumo-02

Dans le sumo l’erreur est fatale. Pas de points ici. On n’a pas le droit à une seconde chance. On gagne ou on perd. Ça se joue en quelques secondes, comme la vie qui peut basculer en un instant. L’enjeu est d’autant plus grand et beau que le duel est sévère et imprévisible. On perd son souffle durant ce moment, en apnée, où le lutteur s’apprête à tomber où toucher l’extérieur de l’arène, sonnant ainsi la fin du combat.

osaka-sumo-06

Le temps de préparation, le mise en position d’attaque qui n’arrive jamais du premier coup mais toujours suite à un recommencement d’une ou plusieurs préparations font de ces tournois quelque chose de spécial. L’attente ne fait que décupler le plaisir et la surprise. C’est le calme avant la tempête. Un concept pas toujours facile à comprendre pour beaucoup d’Occidentaux qui ont du mal à apprécier l’importance de ses temps morts. Le plaisir est toujours décuplé quand ce dernier est régulé.

osaka-sumo-04

COMMENT ACHETER LES BILLETS
Vous avez beaucoup d’informations sur ce site : http://sumo.pia.jp/en/

Il est également possible d’acheter des tickets à l’avance via https://buysumotickets.com

Vous pouvez acheter des tickets en allant sur place le jour-même. Normalement, il n’est possible que d’acheter des tickets pour la journée en cours. Afin d’être sûr de votre coup, le plus simple est encore d’aller dans un Conbini (Convenience Store) comme il y en a partout au Japon (7eleven, Lawson, Family Mart etc) et de demander de l’aide auprès du staff pour qu’ils vous guident face à la machine automatique de vente des billets. Dites-leur cette phrase qui va à l’essentiel :

« Ozumo no tikétto ga kaitai. Tétsudatté molatté ii desuka ? »
(prononcez-bien toutes les lettres)

Il faudra au préalable avoir décidé quel type de place vous désirez avec l’aide du site partagé plus haut et de le dire au staff.
La machine vous imprime alors un ticket et vous aurez 30 minutes pour aller réglez la somme correspondante à la caisse du conbini pour obtenir les véritables places.
De préférence, je vous conseille de prendre des places autres que dans la face sud. Vous aurez très souvent l’arbitre qui vous cachera la vue devant les lutteurs. Fort heureusement, vous pourrez vous déplacer relativement librement dans la salle pour trouver le meilleur angle photo.

Cette année, vous avez jusqu’au 23 mars 2014 pour en profiter. Alors si vous êtes dans le Kansai encore d’ici-là, ne ratez pas l’occasion. Et profitez-en pour passer une soirée à Dotombori tant que vous y êtes 🙂

__________

Suivez-moi sur Twitter, Facebook et Instagram

Harukas

Par Posted on 2 min lecture

Chaque ville possède une ligne d’horizon qui lui est propre. Osaka aussi. Mais je dois dire qu’il lui manque un truc pour vraiment marquer les esprits. Oui, elle est impressionnante quand on la voit depuis un observatoire, car l’immensité de la ville a de quoi donner le vertige, mais ses deux symboles verticaux que sont la tour Tsutenkaku à Shin-Sekai et le Sky Building d’Umeda ne sont pas assez grands et centraux pour être vus depuis n’importe quelle hauteur de la ville. Tokyo, forte de sa Tokyo Tower, de sa Sky Tree mais aussi, et surtout, du Mont Fuji qui apparaît au loin par temps clair, offre un impact plus marquant. Osaka manque autant de caractère dans les airs qu’elle en a à l’échelle humaine. Mais la silhouette d’Osaka fête aujourd’hui l’arrivée d’un nouveau venu, nommé Harukas.

Harukas-01

Je me souviens m’être baladé au Shitennoji en mars 2012 lors d’une journée maussade, et avoir aperçu au loin les premières forme d’un building dépassant légèrement les toits du temple. Je ne le connaissais pas encore, et je n’avais aucune idée de la taille qu’il ferait au final.

Harukas-02

Les mois passaient et le building commençait sérieusement à prendre de la hauteur. Après quelques recherches, j’appris qu’il se nommait Harukas et qu’il était tout simplement prévu qu’il fasse 300 mètres de haut, le plaçant d’office comme plus haut gratte-ciel du Japon. Rien que ça !

Harukas-03

Sans aucun doute, ils étaient entrain de nous construire quelques chose de massif. Harukas n’était pas encore fini qu’il régnait déjà sur le sud d’Osaka.

Harukas-04

Petit à petit, il prenait sa forme finale. C’était étrange de voir cette tour ultra-moderne depuis Tennoji, quartier plutôt rétro, historique et populaire. Il y ici plein de temples, de vieillards et de ruelles étroites où règne une ambiance de l’ère Showa.

Harukas-05

Puis, un beau jour de printemps, sous les cerisiers en fleur, les grues placées sur les toits ont disparues.  Je croyais que l’ouverture serait pour bientôt, mais il fallait attendre encore 1 an pour la fin des travaux.

Harukas-06

Un Department Store Kintetsu (le plus grand du Japon), un Musée d’art, des bureaux, un hôtel luxueux Marriot Miyako ainsi qu’un observatoire verront le jour dans ce gratte-ciel, dessiné par César Pelli, l’architecte des tours Petronas.

Harukas-07

Aujourd’hui, Harukas fait partie de la silhouette d’Osaka bien qu’il ne soit pas au centre de la ville. Il va à coup sûr marquer la cité pour de longues années bien que je doute qu’il en devienne le symbole. Osaka ne se symbolise pas par des buildings mais plutôt par son caractère. En tout cas, l’histoire d’Harukas commence réellement aujourd’hui, le 7 mars 2014. Il va y avoir du monde pour son ouverture, beaucoup de monde.

__________

Suivez moi sur Twitter, Facebook et Instagram