All Posts By Angelo Di Genova

Otaru

Par Posted on 1 min lecture

Il faut parfois de la patience pour atteindre certains lieux. À travers l’hiver japonais et en allant vers le nord, la nature se fait plus forte. Pourtant, les trains continuent d’avancer et de porter leurs passagers bien au chaud. Dehors, un spectacle s’offre à leurs yeux : la mer et la neige se côtoient dans une infernale danse glaciale.

C’est à environ 50 km de Sapporo que se trouve la petite ville portuaire d’Otaru. Nous sommes sur l’île d’Hokkaido, la plus au nord et la plus froide du Japon. À environ, 1250 kilomètres de Tokyo. Ici, la température en hiver peut facilement atteindre les -20°C.

Se pourrait-il qu’un peu d’Occident soit arrivé dans cette charmante ville ?
Les entrepôts autour du canal rappellent le bon vieux continent. Comment subsistent les éléments japonais dans ce décor ?

Un bus passe sur la route enneigée. La galerie marchande laisse découvrir de petits restaurants. Un bon bol de ramen est de rigueur par ce froid. Il réchauffe le corps et le coeur.
Dehors, la neige ne cesse de tomber. Noël approche et quelques décorations ont été installées.

Il règne ici une l’ambiance d’une époque révolue. L’époque du timide début d’amitié entre le Japon et l’occident.

Symbole de cette fusion, des lumières imitent les anciennes lampes à huile sur le quai de la gare.

Tomo no ura

Par Posted on 2 min lecture

Tomo no ura est une toute petite ville de pêcheurs située dans la région de la mer intérieure, appelée au Japon « Seto Naikai ». Entourée de quelques ‘îles montagneuses, la ville est surtout connue depuis peu pour avoir inspiré le dernier film de Hayao Miyazaki, Ponyo sur la falaise.

C’est l’ambiance de Tomo no ura qui est particulièrement agréable. Ici, tout n’est que flottement, au rythme des vagues qui viennent effleurer la baie du fragile port.

De nombreuses ruelles bordées de maisons traditionnelles sont particulièrement propices à la promenade, tout en se laissant surprendre par quelques temples quasi déserts. Le bois est de rigueur dans les environs. Un lieu très intéressant pour les amateurs de maisons japonaises désirant se replonger dans une époque révolue de l’ancien Japon.

De nombreux artistes et peintres viennent s’inspirer de l’atmosphère de la zone portuaire, à mille lieues des grandes métropoles du pays.
Rien ici ne semblerait perturber la sérénité des habitants, si ce n’est une mer capricieuse.

J’aimerais souligner les efforts des habitants pour préserver Tomo no ura. Plusieurs projets dans la région risquent d’enlaidir la vue. Le patrimoine est un élément à préserver coûte que coûte et l’histoire de Tomo no ura est ancienne.
Le tourisme est un moyen de conserver le patrimoine lorsqu’il est fait dans le respect de la culture locale.

Le soleil se couche sur Tomo no ura. Une rafraîchissante brise vient caresser les visages. Le silence se fait plus ample et le repos vous gagne. Une nouvelle journée va bientôt commencer, mais demain est un autre jour . . .

Tokyo, mer de lumières

Par Posted on 2 min lecture

Commençons par Tokyo. Car c’est souvent le premier véritable contact que l’on a avec le Japon. La plupart des vols arrivant à Narita, l’aéroport de la capitale situé à 50km de la ville.

Capitale du pays, coeur de la mégalopole (le Grand Tokyo) la plus peuplée du monde avec environ 36 millions d’habitants. Peut-on appeler Tokyo, une ville ? C’est une zone géographique qui regroupe différentes petites « agglomérations » collées les unes aux autres créant ainsi une ambiance chaotique, éclatée où les différences d’ambiances sont parfois bien marquées.

Certains ne sont pas attirés par les villes japonaises. Certes, je peux comprendre que l’on préfère se perdre dans un magnifique jardin japonais plutôt que dans une grande ville, mais c’est faire l’impasse sur un aspect très intéressant du Japon.

Tokyo est belle et laide à la fois. Occidentale et orientale. C’est une Métropole assez villageoise finalement. Mais on lui attribue souvent des caractéristiques qui ne lui sont en aucun cas exclusives. Dans d’autres grandes villes du Japon bon nombre d’aspects charmants de Tokyo se retrouvent à des échelles plus ou moins importantes. La capitale jouie néanmoins d’un statut de starlette qui l’a rend particulièrement attrayante pour la plupart des Occidentaux.

Des lumières clignotent. Des sons s’éparpillent. Des discussions inachevées perdues dans la foule que l’on croise. Dans la gare, on bouscule quelqu’un et on ne prend même pas le temps de le regarder pour s’excuser. Il faut continuer d’avancer. À chaque heure, chaque jour, des gens sont affairés, parfois trop et on sent les gens moins disponibles que dans le reste du pays.

Le vrai visage de la ville se dévoile dans la durée, au gré de rencontres inopinées dans un parc, sur un banc, dans un restaurant, un train, une gare.

Des millions de gens, des millions de signes de vie. Chacun la sienne. Chacun ses désirs, ses goûts, ses pratiques. Entouré par des millions de personnes.

Introduction – Pourquoi voyager ?

Par Posted on 1 min lecture

Le voyage a toujours fasciné les hommes. Le voyage est synonyme d’exploration, de découvertes, d’aventures, d’expériences uniques.

Je ne parle pas d’un voyage-vacance où l’on consomme le temps libre. Je parle d’expériences humaines. Un voyage, ce n’est pas de tout repos mais cela procure un enrichissement personnel.

Il faut du recul pour mieux se comprendre et mieux comprendre le monde. En allant de l’autre côté de la terre, on voit de ses propres yeux la vie globale suivre son cours et l’on devient tout petit. L’échelle du monde s’agrandit, notre place se rétrécit.

Compréhension, apprentissage, curiosité, rires, enthousiasme, souvenirs … voilà des choses que l’on emmagasine en soi et que personne ne pourra jamais vous voler. Aucun voleur, aucune catastrophe naturelle ne pourront jamais vous prendre la richesse que vous avez en vous lorsque vous voyagez. Elle vous appartient. Vous êtes maître de ces éléments. Un contrôle, un savoir, des expériences qui n’ont pas de prix.

Alors … rendez-vous sur Terre