Sowaka, l’invitation

Article sponsorisé avec une liberté totale dans sa rédaction

Par Posted on 5 min lecture
Il y a des invitations qui ne se refusent pas, surtout si elles proviennent de l’hôtel Sowaka à Kyoto. Mes amis et collègues, David (lejapon.fr), Geoffrey (suteki.fr) et moi-même avons eu la chance de pouvoir manger et dormir dans ce magnifique lieu, à quelques pas du sanctuaire Yasaka mais aussi du quartier de Gion.

C’est avec un peu de nostalgie que je me suis rendu là-bas. Non pas que je connaisse le lieu mais simplement que visiter des établissements touristiques faisait partie de mes activités professionnelles quand je travaillais comme créateur de voyages sur-mesure au Japon. C’est ainsi que j’ai pu notamment découvrir un peu le monde du luxe. L’hôtel Sowaka fait justement partie de ces établissements de prestige. Ceux dont le seul fait d’entrer en son sein révèle déjà d’une expérience en soi.

Quand un architecte ou un designer fait bien son travail tout devient plus facile pour un photographe pour faire de jolies photos. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’hôtel Sowaka est photogénique ! Chaque recoin, chaque espace est agréable à regarder. N’y attendez pas des espaces grandiloquents, ici les pièces forment un assemblage qui favorise une certaine discrétion comme savent si bien le faire les Japonais. On y retrouve l’agencement propre aux auberges traditionnelles, les ryokan. Mais d’ailleurs le Sowaka, est-ce un ryokan ou non ?

Un établissement hybride

Sowaka se définit comme un Small Luxury Hotel. Mais pour comprendre il faut revenir en arrière. Le bâtiment principal, le Honkan vieux de 150 ans, était un ancien restaurant traditionnel de type ryotei. Rénovée tout en préservant l’identité d’origine du lieu c’est cette partie de l’hôtel qui nous fait hésiter. On se croirait arriver dans un ryokan.

Pourtant les agencements intérieurs, entre matériaux d’origine et touches modernes, nous font rapidement comprendre que nous sommes face à quelque chose d’hybride. L’impression est d’autant plus forte qu’un bâtiment annexe a été construit à côté de l’ancien, apportant une vision plus contemporaine du sens de l’accueil japonais.

Au-delà de l’esthétique, il faut bien comprendre l’essence la plus pure d’une nuit en ryokan. C’est un lieu dont le repas est aussi important que le logement, ce qui explique pourquoi la demi-pension est quasi systématique et que le prix est par personne et non par chambre. En principe il est rare de rester plusieurs jours dans un ryokan. C’est possible mais ce n’est pas prévu pour cela initialement. L’hôtel Sowaka vous permet de bénéficier à la fois des aspects charmants des auberges traditionnelles, leur esthétique, leur sens pointu du détail et de la discrétion, tout en gardant une approche plus souple et internationale. Le raffinement et l’élégance dans une bulle plus décontractée. Comme dans un hôtel standard, il est possible de ne prendre que les nuits au Sowaka, idéal pour les voyageurs qui préfèrent aller explorer les délices nocturnes que révèle Kyoto.

Le restaurant

Mais si le coeur vous en dit, la gourmandise ne se boude pas au Sowaka. Ici le restaurant, nommé La Bombance Gion, est la version kyotoïte d’un établissement déjà titré par les guides Michelin à Tokyo. Le Chef Urimori-san, 30 ans d’expérience, a su là aussi mélanger les genres, à l’image de l’hôtel dans lequel il officie. Fusion encore donc mais avec une grande sensibilité. C’est très intéressant en plus d’être exquis. Morceaux choisis.

Et cerise sur le gâteau, il est possible de déjeuner au restaurant à midi sans forcément dormir à l’hôtel. Le prix pour le Lunch Set est d’ailleurs très intéressant vu la qualité de ce qui est servi. Quand on y était il y avait une soupe de Nyumen avec huile pimentée Rayu, bol de riz avec tartare de thon Negitoro, alvins et jaune d’oeuf, un excellent Tofu froid avec bouillon et flocons de bonite (coup de coeur), différentes petites assiettes, Tsukemono et une gelée froide avec Azuki en dessert pour se rafraîchir la bouche la fin du repas.

Les chambres

Nous avons donc deux bâtiments, le Honkan et l’annexe pour deux approches différentes. On se rapproche d’un ryokan classique avec le Honkan avec notamment 3 chambres spacieuses qui s’articulent autour d’un magnifique jardin intérieur et sa maison de thé. Mais quand on y regarde de plus près, les salles de bain sont très modernes et le couchage se fait sur des lits à l’Occidentale. Ambiance traditionnelle, confort international. Le meilleur des deux mondes diront certains.

L’annexe permet plus de libertés. C’est assez original ! Il y a des trésors pour les photographes dans certaines de ces chambres ! Et il est important de comprendre qu’aucune chambre du Sowaka n’est identique.

Dans toutes les chambres, les équipements et accessoires, literies, savons et produits de beauté sont les mêmes, que ce soit pour la chambre la plus abordable ou la suite. Il faut noter aussi que la boutique Masa Antiques de Kyoto est en charge des éléments décoratifs. Meubles et vases de choix disséminés dans l’hôtel avec gout.

Un détour par le bar

Nous avons même eu le droit de profiter d’un cocktail au bar, qui est ouvert sur demande. C’est un petit espace mais c’était très sympa encore une fois de vivre ce service finalement très occidental dans un bâtiment de 150 ans.

Le petit déjeuner

Après une bonne nuit, rien de tel qu’un bon petit déjeuner pour commencer la journée. Comme dans beaucoup d’établissements il est possible de choisir entre un petit déjeuner japonais ou continental. A titre personnel, le matin chez moi, je ne mange pas japonais, en revanche quand je dors dans un établissement qui me propose un petit déjeuner japonais je le prends systématiquement. J’apprécie vraiment ! Nous descendons au restaurant où un excellent repas nous attend.

Les prix

Vous vous en doutez, l’hôtel Sowaka n’est pas adapté à toutes les bourses. Les prix peuvent aller d’environ 30 000 yens par nuit pour les chambres les plus abordables à 130 000 yens pour la suite la plus prestigieuse. C’est cohérent vu la qualité proposée, le confort, l’espace et l’emplacement hyper central. Je pense en tout cas qu’un établissement de cette qualité est une expérience à faire au moins une fois au Japon. Je me souviens encore de mes premières nuits dans ces établissements de prestige. C’est une expérience marquante qui a du sens surtout dans ce pays je trouve, où le luxe, comme tant d’autres choses, revêt des formes si particulières qui tranchent avec ce qu’il peut se faire ailleurs. Unique, comme si souvent ici.

Demain ?
Le jour suivant ?
Qui sait ?
Nous sommes ivres
De ce jour même !

Ryōkan Taigu
Pour suivre le Sowaka

Qu'en pensez-vous ? Merci de laisser un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas encore de commentaires