À travers les forêts

On 1 novembre 2011 by Angelo Di Genova

On parle souvent du Japon comme d’un pays hyper industrialisé dont l’urbanisme semble envahir toutes ses terres. Mais en réalité, avec plus de 60% du territoire recouvert de forêts, on remarque qu’il serait maladroit de voir dans ce pays uniquement ses impressionnantes villes et ses infrastructures.

Avec environ 75% de terrains montagneux, on peut dire que le Japon est bien cabossé. Les forêts regorgent de secrets et de petits chemins dont il est quelquefois difficile de savoir où ils mènent. Heureusement, les traces de l’homme ne sont jamais bien loin.

À travers les « Sugi » (cryptomères) on peut lire parfois des mises en garde contre les ours. Pour éloigner ces derniers, on invite le voyageur pédestre à sonner une cloche installée sur le bord du sentier. L’ours est dangereux lorsqu’il est surpris. Le son cristallin d’une cloche lui indique au loin la présence des hommes, seuls êtres capables d’émettre ce genre de bruit.
Ours, forêt, Japon et je marche en me remémorant une chanson pour enfant nommée « Mori no kumasan », Monsieur l’ours de la forêt.
La mélodie m’accompagne à mesure que je m’enfonce dans les bois. Le froid se fait plus fort tandis que la solitude, agréable au début, se colore parfois d’inquiétudes à présent. Je commence à douter du chemin. Aurais-je manqué un sentier ?

Heureusement, j’aperçois des maisons qui me font signe à travers les arbres. Elles m’indiquent que je suis arrivé à destination en dehors des bois. Mais à ma grande surprise, je remarque que le monde des hommes ne se distingue pas autant que je le pensais. Les maisons de campagne au Japon, elles sont comme les forêts, faites de bois. Ce n’est pas pour me déplaire, moi qui ai toujours rêvé de dormir dans une cabane perchée sur un arbre.

4 Responses to “À travers les forêts”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *