Le vieil Osaka

On 9 mars 2012 by Angelo Di Genova

À l’écart de buildings insolents se trouvent à Osaka des petits havres de paix. Au détour des grands axes bondés de la ville se développent des zones souvent inexplorées pleines de surprises. Ce que beaucoup ignorent, c’est qu’il reste encore de belles traces du passé à Osaka.

Rescapé de la Seconde Guerre mondiale, il y a un quartier que j’affectionne tout particulièrement, fait de vieilles maisons, de ruelles étroites et de passages secrets où les chats font la sieste. Dans le plus pur style rétroshitamachi (la ville basse), ici le temps passe lentement, très lentement. Les seuls bruits que l’on entend sont ceux provenant de quelques petits ateliers et des vendeurs de tofu ou de takoyaki.

De jeunes Japonais, conscient de la richesse du lieu, ont décidés de racheter les vieilles maisons laissées par leur défunts propriétaires et de les transformer en petites boutiques ou en cafés charmants. Ils luttent aujourd’hui contre les promoteurs immobiliers qui rêvent de tout raser pour construire parkings et apartements.

J’aime l’échelle humaine qui règne dans ces rues peu bondées traversées par quelques curieux venus se plonger dans une époque révolue pleine d’attraits et de maisons rafistolées, loin, très loin des clichés sur le Japon.

Et on s’enfonçant encore plus, on trouve encore une partie où aucun revêtement n’a été posé sur le sol. Ici la terre fait encore face au ciel. Il est difficile de décrire ces lieux, véritables musée en plein air. Comment dire, on se croirait dans un pays du tiers-monde mais riche. C’est très particulier et formidablement pictural.

J’aimerais vous poster plein de photos mais je préfère vous inviter à venir voir tout ça de vos propres yeux avec moi à travers les petits passages secrets.

8 Responses to “Le vieil Osaka”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *