Le Japon ce n’est pas ce que vous croyez

On 19 novembre 2013 by Angelo Di Genova

Beaucoup disent aimer le Japon. Certains ne savent pas que ce qu’ils aiment, c’est surtout l’image qu’ils s’en font. Vous pourrez partager beaucoup d’avis sur ce pays et vous aurez probablement raison. Car entre une image reflétée et une réalité plus nuancée où se trouve la vérité ? Entre deux, la vie est parfois coquine !

Déjà, il serait maladroit d’oublier que le Japon est un pays d’Asie et que la culture de ce continent est palpable à chaque instant bien que l’archipel développe une identité bien affirmée.

Mais pour revenir à l’image du Japon en Occident, je tiens ici à apporter une nouvelle mesure. Comment le voyez-vous ?
Souvent on répondra comme un pays moderne, riche, où la propreté est exemplaire, la sécurité omniprésente et le désordre inexistant. On dira que les Japonais n’enfreignent pas les lois, que tout le monde reste dans les rangs. On dira que les installations sont à la pointe et que le pays est en avance techniquement parlant sur le reste du monde. Beaucoup diront encore bêtement que c’est un pays inaccessible car hors de prix. On dira peut-être que rien ne traine par terre, qu’il n’y a ni agression ni délinquance, que personne ne semble mal intentionné ou encore, que les rues sont parfaitement propres. Pour finir, certains diront que c’est un peuple proche de la nature. Près de la nature oui, mais avec, régulièrement, des lampes allumées en plein jour 🙂

En tant qu’Européen amateur du Japon, on a souvent tendance à rendre le pays plus irréprochable qu’il ne l’est. Surtout au début, lors du premier contact sur place. On arrive de notre bonne vieille France et sa délinquance, son bordel, ses grèves, ses retards de métro, son manque d’amabilité et de sens du service, ou encore son individualisme. Notre pays est souvent si fatiguant !  Il semble parfois naturel de rendre la France plus négative qu’elle ne l’est quand on est dans un Japon qui met en exergue nos propres problèmes et qui symbolise l’opposé absolu.

J’ai moi aussi été un peu comme ça. Le Japon représentait presque un idéal à atteindre. Il était mon échappatoire à toutes les merdes quotidiennes qu’il pouvait y avoir en France. Mais aujourd’hui, je me rends compte que le Japon est un pays comme un autre. Il est juste différent du mien, et je l’aime pour ça. Il est plus humain à mes yeux à présent qu’il ne l’était quand je comptais les jours qui me séparaient du prochain voyage vers cette terre lointaine. Je m’y sentais, je m’y sens, plus vivant qu’ailleurs.

Le Japon est fait d’êtres humains. Le pays se débrouille comme il peut en composant avec ses habitants. Ici comme ailleurs, il y a des cons, des voleurs, des pervers, des idiots, des racistes, des cambrioleurs, des cinglés ou encore des racailles. Je vous laisse juste le soin de juger des proportions.

Et n’allez pas imaginer que seuls les étranger présents sont à l’origine du bordel au Japon. Cela reviendrait à dire que nous y sommes plus nombreux qu’en réalité. Ou alors, extrêmement bien organisés dans le seul but de dégrader le pays.

Parfois, alors que les rues semblent impeccables, il suffit de se pencher au dessus des buissons qui bordent les trottoirs des quartiers populaires pour y trouver quelques déchets.

Et là, je vois venir les mauvaises langues dire que j’écris cet article parce que je vis à Osaka, ville dont la réputation est d’être sale. Je répondrai simplement avec les photos suivantes. Tout d’abord, un joli mur en plein coeur de Kyoto.

Ou encore un prospectus distribué à Nara pour la lutte contre le cambriolage de voiture.

Le Japon est aussi un pays vieillissant où de nombreux quartiers semblent simplement attendre d’être un jour rasés. En sursis, ils se délabrent. Leur urbanisme est inexistant mais c’est souvent ici que le charme opère, dans la laideur des câbles électriques, des climatiseurs, du bricolage de fortune, des aérations et du bordel accumulé.

Au Japon, une ville doit d’être avant tout un espace de vie. Elle doit être fonctionnelle et pratique. Et ça comprend les autoroutes aériennes, les zones industrielles, les buildings construits sans aucune logique. L’esthétisme est secondaire bien que, peu à peu, les mentalités changent pour aller vers un certain compromis.

Mais, si ce Japon existe, il ne faut pas oublier celui qui est beau. Ce blog l’a beaucoup mis en avant. Il vous suffit de l’explorer. Cet article ne vous vend pas du rêve mais il vous montre la vie … et rien n’est plus réel que la vie.

Attention, loin de moi l’idée de vous dire que le Japon est un pays sale. J’essaie simplement d’équilibrer la balance. Mon activité professionnelle m’oblige à explorer ce pays. Je ne suis donc pas dans un schéma métro-boulot-dodo et sors du micro-système qui entoure ma vie quotidienne et mon foyer, pour effleurer toutes les franges de la société dans diverses régions. Je mets donc souvent les pieds dans des endroits où je n’ai aucune raison de passer et cela me permet de nuancer ma vision globale du pays.

43 Responses to “Le Japon ce n’est pas ce que vous croyez”

  • Il est bon de voir certains articles pour contre balancer ce qu’on lit souvent en effet 😉
    J’avais moi-même fais des articles de ce genre, j’ai été content de voir celui-ci.
    Très belles photos 🙂

  • La première fois que je suis venue au Japon, j’avais été surprise par la propreté des rues. Je ne suis pas française, mais suisse et on dit souvent que la Suisse est un pays propre… Je dirais que c’est vrai mais surtout dans le sens écologie, parce qu’en terme de déchets… c’est comme partout, il y en a par terre aussi.
    Au Japon, à l’époque, il y avait des poubelles tous les 5m! Aujourd’hui, il faut demander aux gens pour savoir où elles sont… s’il y en a. ^^’ La plupart du temps je doit ramener mes déchets chez moi. Ce qui n’est pas plus mal vu que je peux les recycler correctement.
    Hormis les déchets, je n’ai jamais eu une vision idyllique du Japon comme certain, je l’ai toujours vu comme il est réellement. Mais c’est vrai aussi que je m’y sens bien plus en sécurité qu’en Europe, le point bonus.
    J’espère que ton article aidera certains jeunes qui voient le Japon comme si c’était un pays de « Bisounours » à le voir comme il est réellement.
    Belle article. Merci.

  • Tellement vrai et si peu dit.

    Le Japon est souvent adulé pour son côté « pop moderne », mais la vie, la vraie, celle de tous les jours est loin d’être aussi rose que l’on croit.

    Je me souviens du choc que j’ai eu en voyant les plages à Komatsu pour la première fois… limite une déchetterie 😮

    • les déchets sont apportés par les vagues…..

      • Oui, pour la plupart, et un simple coup d’oeil sur les déchets suffit pour remarquer qu’ils sont issus de produits vendus au Japon. Comment se sont-ils retrouvés dans la mer, ça c’est un problème qui n’est pas propre au Japon. On trouve ce genre de chose partout dans le monde.
        Le but de cet article est juste de montrer que le Japon est un pays un peu comme les autres. Ce n’est pas une critique mais simplement un constat : Il s’y passe aussi les mêmes choses qu’ailleurs ^^

  • Bon article qui permet de gratter un peu sur la surface de « paillettes  » qui recouvre l’idee qu’on a tendance a se faire du Japon du quotidien.
    j’ai juste tique sur « beaucoup diront encore bêtement que c’est un pays cher « . Le Japon est indeniablement un pays ou le coup de la vie est plus cher qu’en France. Les transports en commun, la plupart des aliments, la biere, les produits culturels… La qualite de service compense largement la difference de coût mais il n’empêche qu’elle est belle et bien presente. Alors je n’ai pas l’impression d’en parler bêtement maus a moins de ne manger que du riz blanc avec du wakame a tous les repas, ou alors de tourner aux râmen cup ( que tu vas acheter a pied autre part que dans un conbini) , faut s’attendre a casquer plus qu’en France

    • Merci pour ton commentaire.
      Le coût de la vie au Japon est proportionnel à celui de sa richesse. Mais je parlais surtout d’un coût de voyage sur place. Les hôtels et les restos sont moins chers que dans beaucoup de pays. Moins chers qu’à Paris. Mais les transports ne sont pas donnés c’est vrai.
      Ensuite sur place, pareil, faut savoir se débrouiller et faire ses achats aux bons endroits. Mais, je ne trouve pas que la différence soit si nette avec la France. L’un dans l’autre, à la fin, on arrive à s’en sortir de manière à peu près équivalente je trouve. Bon, c’est un autre débat, surtout que tout ça dépend beaucoup du taux de change.

      Mais, je réagissais par rapport à l’image du Japon comme un pays hors de prix. Je trouve ça exagéré. Et pour ceux qui galèrent à Tokyo, je les invitent à déménager de la capitale ^^ Ou encore à vite se caser car la vie en solitaire c’est toujours plus cher 🙂

      • Ouai, rien a redire a ca par contre ˆˆ

      • Moi je trouve que le coût de la vie est assez équivalent à celui de la France.
        A l’exception prêt qu’il est possible de se restaurer convenablement pour le prix d’un kébab en France.
        A Kyoto, je déjeunais souvent dans une échoppe qui vendait des bentos (assez copieux) à 500 – 700 yens.
        Un petit tour au Fresco du coin permet également de manger à prix correct.

        • Oui, et si tu cherches bien, tu trouves des Bento à 300¥ ou des repas chauds à midi à 500¥ ^^
          Fresco c’est assez dingue comme ils se sont implantés en masse sur Kyoto au point d’en devenir un symbole. Oui, Fresco = Kyoto 😀

      • Se caser pour payer moins cher … assez surprenant comme conseil

        • Bonjour Evelyne,
          Ce n’est pas un conseil absolu. Je développais un peu sous le ton de l’humour lors de mon dernier paragraphe.
          C’était surtout destiné à ceux qui crient sous tout les toits que le Japon c’est très cher. Mais bien entendu que je ne conseillerais jamais sérieusement de se caser pour payer moins cher 😉

  • « Leur urbanisme est inexistant mais c’est souvent ici que le charme opère, dans la laideur des câbles électriques, des climatiseurs, du bricolage de fortune, des aérations et du bordel accumulé. »

    Tellement vrai. Dans les nombreuses photos du Japon que j’ai pu voir, ce sont souvent les clichés de province un peu à l’abandon qui me charme le plus. Bien plus qu’un quartier hype de Tokyo.

  • Avec Gunther, on se disait que le Japon est vieux et poussiéreux. Partout. Tu pourrais aussi faire un article pour dire que le Japon, c’est vide!! Quand on sort des agglo, y a plus rien. Sans contester le chiffre d’une densité d’habitant au km2 élevée, cette moyenne est trompeuse, comme lorsque l’on fouille plus en profondeur le Japon, très loin d’être le pays uniforme qu’on a tous en tête.

  • Article intéressant en effet.

    Effectivement les rues dont propres même si on trouve toujours des détritus en observant bien. EN réalité on m’avait tellement vendu ça la propreté que j’ai été presque un peu déçu en arrivant.
    Oui c’est plus propre qu’en France mais j’ai quand même vu des gens jeter des trucs discrètement par terre.
    D’ailleurs à ce propos, ce qui m’a le plus interpelé personnellement c’est l’absence complète de poubelles dans les rues (la ou à paris il y en a tous les 200m) je trouve cela un peu étrange… peut-être une volonté de responsabiliser les gens vis à vis de leurs déchets. Si c’est cela ils placent la barre haut quand même…

    Autre bizzarerie: il est mal vu de fumer dehors, par contre ca na choque personne de fumer en intérieur (resto, hotels,…) à moins que l’absence de poubelle en extérieur explique cela

  • Ayant passé mon enfance,mon adolescence,et plus en banlieue parisienne, à Kyôto,lors de mes séjours,il y a des rues,comme dans mon ancien quartier, j’y aurais pas trainé la nuit tout pays « sécurisé » qu’il est lol.Et oui en effet il y a aussi du tag pas beau !!

  • bah oui, le Japon est aussi peuplé d’humains … avec toutes les spécificités que cela entraine … (^_^) :
    Pépé qui fait pipi dans la rue, le « gueulard » dans le tain de banlieue, la campagne d’information contre le vol à la tire des sacs dans le panier à vélo et le braquage du vélo (vu à Kobe ce jour-là) …

  • Je trouve vraiment cet article très intéressant ! encore plus venant de quelqu’un dont le tourisme est le métier. Alors que d’autres refusent d’admettre les failles d’un système ou même l’humanité d’une société ( et donc les imperfections ), ce n’est pas le premier article que tu fais dans ce sens et vraiment je trouve ça très honnête et comme tu le dis « Il est juste différent du mien, et je l’aime pour ça. ».
    En somme pas grand chose à rajouter ! Continue comme ça 🙂

    • Merci à toi pour ce commentaire. Ce n’est pas toujours évident car tu ne sais pas comment ça va être reçu, mais je suis content de savoir que tu apprécie aussi les articles qui vont dans ce sens.

  • Salut Angelo,
    très sympa cet article.
    Content que tu te remettre à écrire des articles. J’étais inquiet de ne plus en voir de nouveaux.
    Continue bien ta route et fais nous encore voyager dans ton pays d’adoption qui reste cher à mon coeur.
    Bises
    Vince

    • Ouais, je me remets à écrire. C’était pas évident cette année vu la charge de boulot. Tout s’est développé si vite !! Mais ce n’est pas pour me déplaire ^^
      En tout cas, content de te revoir dans le coin. Ha! et je viens justement de poster un nouvel article 🙂

  • Je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est écrit dans cet article… même si je comprends ta démarche.

    D’abord, effectivement, les clichés ont la vie dure. C’est certainement la faute aux médias francophones, qui diffusent ce qui « se vend » bien. Les lecteurs se font une image à partir de cela, c’est normal. Mais on trouve aussi beaucoup d’erreurs dans des ouvrages vendus en librairie en France, pourtant écrits par des connaisseurs (anciens étudiants, expatriés, etc.) : selon eux, les tags n’existent pas, les chauffeurs de taxis portent tous des gants blancs, etc. Par ailleurs, dans les albums sur le Japon, il y a presque toujours des photos de geishas, alors qu’elles ne sont que quelques centaines, dans certains quartiers de Kyôto et de Tôkyô… Idem pour les adeptes du Cosplay ou les fans d’Elvis…

    Ensuite, qui pense que « le désordre est inexistant », que « les Japonais n’enfreignent pas les lois », qu’il n’existe « ni agression ni délinquance » ? Par exemple, dans les médias francophones en tout cas, il est souvent dit que le taux de criminalité est très bas, mais pas « inexistant ».

    Enfin, je prends l’exemple de la propreté. Je ne sais pas trop où tu veux en venir ? Je pense qu’elle est exemplaire, pour les Français en tout cas. Je n’ai que trois pas à faire dans n’importe quelle ville de France pour tomber sur une crotte, un sachet plastique, une bouteille vide, etc. Au Japon, les rues sont beaucoup plus propres, même à Ôsaka. Il y a deux raisons à cela : les gens jettent beaucoup moins de détritus (c’est une histoire d’éducation, mais pas seulement : il serait honteux de se faire réprimander par un passant ou un voisin, par exemple) ; ensuite, les nettoyeurs font leur travail très efficacement. Comparez également les toilettes publiques en France (quand il en existe) et au Japon… Les odeurs dans le métro à Paris sont épouvantables ; les Japonais quant à eux ont eu l’intelligence (!) d’installer des WC pour les usagers. Comparez aussi le nombre de chewing-gums collés sur les trottoirs, le nombre de mégots qui jonchent le sol, etc. Lorsque je suis au Japon, dans mon quartier en tout cas, tous les gens que je croise ramassent les crottes de leur chien même lorsqu’elles sont déposées sur l’herbe – ce qui est impensable en France, où on en voit à tous les coins de rue.

    Je pourrais donner mon avis sur les autres sujets (nature, sécurité, coût de la vie, etc.), mais je ne veux pas vous ennuyer, j’ai été déjà bien long. : )

    • Tu te trompes sur mes intentions et le fond de mon article. Et la moitié de ton commentaire sur la propreté ne fait que ressasser des choses que je sais déjà et qui ne sont en aucun cas contredites dans mon article. Ce dernier n’est pas écrit dans le but de critiquer, de me plaindre ou de comparer avec ce que l’on voit en France. Je dis d’ailleurs aux lecteurs que je les laisse libre de choisir les proportions de saleté, délinquance ou bordel eux-même. L’important est de comprendre que tout ça existe aussi ici.
      Là où tu te trompes aussi, c’est que je n’ai pas écrit cet article pour contredire l’image du Japon dans les médias. Ces derniers ne sont pas les seuls indicateurs de l’image de l’archipel en France. Je rebondis ici suite aux discussions que je peux avoir avec des touristes au Japon. Vu mon travail, ce n’est pas toi qui va m’apprendre ce que beaucoup de français pensent du Japon et à quel degré il arrive certains de se m’éprendre, édulcorant parfois un peu trop la vie sur place. Et ça m’énerve un peu d’entendre de la bouche de Français ou sur les réseaux sociaux cette fameuse phrase, « ça doit être un occidental », à chaque fois qu’un vol à eu lieu au Japon.

      Dans un même pays, il y a toujours tout et son contraire qui se côtoie. Surtout quand un bonne partie de ces « tout » atteint des extrêmes dans leur domaine. Le Japon est un pays qui aime l’ordre mais où l’espace de vie dans les foyers familiaux est souvent bordélique. Les Japonais sont des champions du 我慢 et du comportement mesuré mais après un verre d’alcool, ça devient vite excessif. De même, ce pays a le plus faible taux de rapports sexuels dans le couple tout en étant le plus gros producteur de films pornographiques du monde. La vie est nuancée. Donc, dans une société si codifiée il paraît normal qu’il existe des moments ou des lieux qui permettent de s’en échapper.

      Personnellement, je ne me soucie plus trop des livres et autres médias au sujet du Japon. Une expérience passée et la catastrophe de Fukushima m’ont particulièrement vacciné contre la presse et le journalisme de masse. Et mon but n’était pas de contredire ou critiquer des auteurs de livres ayant le statut de connaisseur du Japon. Il m’arrive d’avoir un avis critique sur ce que je lis mais ce sont les propos et les messages qui m’importent et non des détails comme les gants des chauffeurs de taxi ou la présence ou non de tags. Si l’on confond pingouin et manchot, baleine et cachalot, cerf et daim, ce n’est pas ce qu’il y a de plus grave. Nous faisons tous des erreurs. Toi même tu en as fait une dans ton commentaire en affirmant qu’il ne restait des geishas qu’à Tokyo et Kyoto. Ça arrive, on ne peut pas tout connaître. C’est la différence entre la connaissance spontanée d’un homme et le savoir théoriquement juste d’une encyclopédie.

      J’ai relus mon article et je pense avoir été juste dans mon approche en expliquant bien que je dis que le Japon n’est pas un pays sale et que j’ai tiré ces conclusions après de nombreuses années en explorants ce pays dans toutes ces franges.
      Cet article ne t’étais probablement pas destiné, puisque tu sembles avoir une vision réaliste du Japon, au contraire de pas mal de fans de ce pays. Néanmoins ton commentaire corrobore quand même les intentions de mon article. Il prouve que je t’ai un peu bousculé tout de même et c’était aussi un peu mon intention. Tu l’as probablement écrit un peu « à chaud » et je t’invites à le relire sous le bon angle 🙂

  • Angelo, après avoir lu ta réponse, je me suis empressé de relire mon commentaire car j’ai alors cru avoir été offensant. Si c’est le cas, j’en suis désolé. Loin de moi l’idée de t’apprendre quelque chose. Je trouve que tu es un excellent photographe aussi, qui montre beaucoup d’aspects différents du Japon.

    Je n’ai pas compris le sens de cet article, tout simplement. Je suis étonné que certains Français que tu rencontres ont une image irréelle du Japon, où le crime n’existerait PAS DU TOUT, les buissons ne contiendraient AUCUN déchet, les murs seraient TOUS dépourvus de tags, etc.

    OUI, le Japon est un des pays les plus propres (visuellement et dans les espaces publics en tout cas) – BIEN QUE l’on trouve des ordures ici ou là. OUI, les Japonais sont encore trois fois moins exposés à un risque de délinquance que les Français (et deux fois moins à un risque d’homicide) – MÊME SI le sentiment d’insécurité a augmenté ces dernières années et que les chikan sévissent. OUI, ils sont très proches de la nature – QUOIQU’il puisse arriver à n’importe qui d’oublier d’éteindre sa lumière, personne n’est parfait. Depuis des années, il existe de nouvelles règles de tri : les ordures sont classées en de nombreuses catégories (jusqu’à une vingtaine dans certaines villes !), pour améliorer le recyclage et réduire le volume des ordures. En France, certaines villes viennent à peine de mettre en place le tri des déchets ménagers en DEUX catégories… Cela dit, les sachets plastiques sont une plaie au Japon.

    Bref, après avoir lu cet article, j’ai pensé qu’il ne faudrait pas que les gens remettent tout cela en question, sauf s’ils pensaient que le Japon était un pays où TOUT est vraiment PARFAIT… Je ne savais finalement pas que cela était le cas des touristes francophones. Dans ce cas, je comprends mieux ton article.

    « Personnellement, je ne me soucie plus trop des livres et autres médias au sujet du Japon. » C’est pourtant en lisant ces publications que tes clients se forgent une opinion, pensant qu’un contenu publié est plus juste qu’un texte trouvé sur internet… J’espère en tout cas qu’ils seront de plus en plus nombreux à participer à vos « safari » et à lire vos blogs, beaucoup plus instructifs et vrais. : )

    PS : pour les geishas, j’ai parlé de Kyôto et Tôkyô car elles sont concentrées là-bas ; bien sûr certaines travaillent encore dans d’autres endroits : il en reste par exemple 4 (!) dans la préfecture de Gifu, âgées de 40 à 90 ans… ^^

    • Pas de soucis Jean-François. Au moins on a pu échanger et enfin lancer fermement le tutoiement entre nous 🙂

      Attention, je n’ai pas dit que TOUS les touristes francophones avaient tendance à idéaliser le Japon. Une partie seulement. Et même s’ils savent au fond d’eux que le Japon n’est pas parfait, leur coeur parle souvent avant leur esprit. Je pense avoir moi-même était un peu comme ça. Le Japon représentait pour moi quelque chose de fort. Je le voyais un peu comme un exemple à suivre.
      Aujourd’hui, j’ai appris à le connaître et sur divers aspects il est tout simplement en retard par rapport à bon nombres de pays européens. La sensibilisation de la population à l’écologie, au gaspillage ou à la sécurité routière par exemple, est très perfectible. Il y a du boulot ^^ Le tri ici est pas mal en effet et diverses initiatives sont exemplaires mais nous sommes dans un pays où bon nombre de personne ont grandit dans ce Japon bourré de pognon des années 70/80. L’économie, ça ne faisait pas partie des habitudes 🙂 Le Japon d’aujourd’hui, plus en galère, plus pauvre, me semble plus humain.

      À l’époque j’en ai bouffé des livres, des reportages, des films, des magazines sur le Japon !! Je ne sais pas si mon blog mérite plus l’attention que certains médias mais en tout cas, moi je suis sur place et pour de bon. Ça a du sens sur le moyen et long terme et je parle en me basant sur du vécu et ne cherche pas à répéter encore et encore les mêmes choses entendues, vues mille fois sur le Japon. Je ne ponds pas mes articles en me basant sur une documentation qui elle même est basée sur une autre documentation et ainsi de suite. Je peux parfois avoir un avis tranché mais au moins il est spontané. C’est le mien. Je l’expose et peux même parfois changer d’avis par la suite. Je vous invites à lire, à réagir. Pas de soucis là-dessus, et je peux me tromper également.

      Pour les Geishas, tu ne crois pas si bien dire puisqu’il en reste encore ça et là. Il y en a même à Osaka, est une ville avec plusieurs quartiers historiques concernant ces femmes d’arts. Alors oui, la moyenne d’âge est conséquente. Des grand-mères Geishas ! Un nouveau concept ? ^^

  • Un petit coucou, tu as une plume magnifique qui rend les photos tellement vivantes ( * v * ).

    Concernant le fait que les jeunes idéalisent le Japon, je pense que cela vient aussi des manga/drama/animes. Surtout quand on en voit les histoires on dirait presque, dans le fond, une plainte sur certains sujet, qui sont malgré cela idéalisé dans ces oeuvres. Ce qui est trompeur.

    Enfin bon, je suis un de ces jeunes qui rêve.. Non qui ont pour objectif de partir au Pays du Soleil Levant, et j’ai trouvé cette article bien apreciable et sais nous remettre les pieds sur terre.

    またね!

    • Bonjour Tanguy,
      Merci pour ton commentaire.

      Oui, le but n’est pas de dire « Attention, le Japon que vous connaissez n’existe pas, je vais vous montrer la vérité ». Je veux simplement attirer le regard sur une partie de la scène qui se trouve souvent à l’ombre. C’est un petit bout de la scène mais il existe et peu en parlent.
      Le Japon reste un pays exemplaire sur de nombreux aspects. Il me fascine chaque jour mais il a ses propres problèmes. Et crois-moi, ils sont plus nombreux qu’on ne l’imagine au premier abord.

      À bientôt

  • Il n’existe pas de pays idéal sur terre , l’avis de chacun est uniquement basé sur la comparaison de son vécu dans son propre pays.
    Il est clair que lorsque l’on est touriste nous ne voyons que les bons côtés d’un pays, et heureusement que l’on idéalise cela, c’est aussi ce qui nous fait rêver et nous donne envie de voyager.
    Ton article est intéressant et je comprends ta démarche, mais si il y a des personnes qui idéalisent le Japon il y en a aussi beaucoup qui le critique, et c’est normal que les touristes que tu rencontres sont venus chercher du rêve, alors est ce vraiment utile de leur rappeler que comme tous les pays tout n’y est pas rose ?
    Ma femme qui est japonaise, elle aussi idéalisait la vie en France, mais après 3 ans passé près de Paris elle ne souhaite qu’une chose c’est de retourner vivre à Kyoto.
    Concernant le coût de la vie au Japon tu as tout à fait raison, d’ailleurs la dernière étude sur le sujet le montre bien vu que Paris est la 2e ville la plus cher au monde (Tokyo 6e)
    A bientôt au Japon !!!

    • Dans la mesure où l’idéal est subjectif, il est difficile de dire quel pays pourrait l’être ou pas. Le Japon, comme pour tous les autres pays, comprend de bons et de mauvais points, eux-même sujets à des avis entièrement personnels. C’est normal.

      Je ne pense pas que nous voyageons pour idéaliser. Ou encore que ce soit la recherche d’idéal qui nous fasse préparer nos valises. Je pense que c’est surtout deux choses : découverte et dépaysement. Le côté relaxation ne se prête pas vraiment pour un voyage au Japon même si c’est possible.
      Sur ces deux points cités plus haut, le Japon a tout bon. C’est un pays fascinant, riche et ultra dépaysant pour nous autres Occidentaux.

      Tu as raison de souligner que beaucoup le critiquent (surtout sur un aspect politique ou gouvernemental). Le confort de vie sur place est en général sujet aux plus belles remarques par tout le monde (mis à part quelques moments fastidieux quand on est étranger, mais ça fait partie du jeu).

      Je n’ai pas écrit cet article pour casser le rêve. Ce blog est d’ailleurs surtout un lieu pour en partager, ainsi que pour créer l’envie d’explorer ce pays à travers mes photos, mes explorations et remarques personnelles, elles mêmes sujettes à des avis contraires, je le conçois bien.
      Je pense que je suis quelqu’un qui ouvre des pistes plutôt que d’en fermer. Je n’essaie pas d’être forcément consensuel et sur la ligne directrice abordée par tant de sites et de blogs qui ne font que se marcher dessus dans leurs contenu et leur approche. J’ai au moins le mérite de pousser des portes. Mais ça ne veut pas dire que j’en referme derrière moi. Et c’est là, qu’il est important de comprendre que chacun est libre de faire ce qu’il veut avec le contenu de ce site.

      Je ne pense pas que l’idéal soit forcément une bonne chose. J’ai moins même idéalisé le Japon et c’est souvent le meilleur moyen d’être déçu. Le Japon que je connais aujourd’hui est 10 fois plus passionnant que celui que j’imaginais avant.
      Rappeler que le Japon est un pays fait d’être humains comme les autres ne fait pas de mal. Au contraire il donne une dimension beaucoup plus complète, humaine, profonde et intéressante ainsi. Les joyaux du Japon sont là, intacts dans une société sur de nombreux points exemplaire mais non moins sujette à des problèmes comme partout.
      Cet article sert simplement à ouvrir une porte pour ceux qui ne l’avais pas vue jusqu’à maintenant. Elle est toute petite cette porte. Ridicule face aux belles choses du Japon, mais elle existe. Beaucoup l’ont déjà vue et cet article ne leur servira à rien. Pour les autres, bienvenue dans la vie réelle 🙂

      Ah ! et au cas où, je précise que j’adore ma vie sur place ! ^^

  • Mais est-ce qu’il y a des gens pauvres, au chômage etc au Japon ?
    Parce que c’est ça qui crée la délinquance.
    Pourquoi s’embêter à voler, cambrioler, tricher, magouiller, si on a tout ce qu’il faut ?

    C’est une méthode de survie comme une autre quand il n’y a plus d’alternative possible. C’est l’instinct de survie. Les gens ne se laissent pas mourir.

    Ils font comment pour survivre les gens dans le besoin au japon ? Ou alors tout le monde à tout ce dont il a besoin au Japon ?

    Quant aux déchets en France, il faudrait être dissuasif avec de très lourdes amendes. Ainsi on peut calculer le risque en fonction de la probabilité de se faire prendre.
    Actuellement qu’est-ce qu’on risque en France si on jette un truc par terre ? RIEN, donc pourquoi s’embêter avec des trucs dans les mains ou dans les poches ?

    SI vous risquez 2000e d’amande pour un déchet, même avec une chance sur 100 de se faire chopper, peut être qu’on ferait moins le con.

    • Bien sûr qu’il y a des pauvres au Japon. C’est un pays avec quand même beaucoup de SDF par exemple. Mais ce sont surtout des personnes d’un certains âge. On ne voit pas vraiment de SDF de 20 ans, chose qu’on aperçoit régulièrement en France. Globalement, la qualité et le niveau de vie du Japon son élevés et en surface on a du mal à voir la pauvreté. Cette dernière me semble néanmoins bien plus réduite qu’en Europe.

      La magouille existe au Japon, et comme dans tous les pays du monde c’est loin d’être un pratique réservée aux personnes pauvres.
      Après, je ne suis pas forcément bien placé pour dire comment la délinquance se créée réellement dans un pays. Il faudrait poser la question à un sociologue 🙂
      J’ai vécu 7 ans dans un « quartier chaud » de Strasbourg et j’en ai vu beaucoup voler non pas pour le besoin mais seulement pour le plaisir de posséder quelque chose gratuitement. Il y a un aspect malsain en France (le simple plaisir d’empiéter sur les autres) que l’on ne voit pas dans les pays avec de la pauvreté extrême. En France, la délinquance pour pouvoir se nourrir me semble (j’en sais rien en réalité) encore mineure.

      Concernant les déchets, le Japon s’en sort bien mieux que la France sans forcément mettre en place des amendes (on est pas à Singapour ici :). D’ailleurs, le Japon est un pays où la répression est faible et où la présence policière est moins visible qu’en France. C’est un pays avec un vrai savoir vivre ensemble, des valeurs et des principes de base qui se perdent chez nous. Les déchets sont des problèmes de sensibilisation et d’éducation. C’est un enseignement qui se fait dès le plus jeune âge et non pas avec des mots en l’air mais avec des action concrètes qui responsabilisent les gens.

      Il y a un ici une unité nationale assez forte. Cette dernière limite grandement les nuisances. Ces dernières existent tout de même, et le montrer un peu est le but de mon article d’ailleurs, mais cette cohérence est un point important de cette société collective. Chez nous, c’est plus la loi de la jungle dans l’approche ^^ Chacun pour sa gueule dans un monde où l’inconnu n’a pas d’importance et ne mérite pas le respect. Avant même d’installer des actions répressives, il faudrait déjà réapprendre à respecter les autres.
      Mais, heureusement, en France, tout n’est pas comme ça !

      • En complément de ce qu’écrit Angelo :

        Au Japon, jeter des ordures ménagères de manière sauvage (montagne, rivière, parking, etc.) est passible de sanctions : jusqu’à 5 ans de prison ou 10 millions de yens (70 000 euros). Le montant est dix fois plus élevé pour les déchets industriels. Malgré cela, certains (mais ils sont rares) continuent à mal se comporter. J’ai encore repéré récemment un cuiseur à riz planté dans la vase d’un petit étang…

        S’agissant des SDF (les « habitants de la voie publique », selon les mots de l’administration japonaise), il existe une particularité bien japonaise. D’abord, les sans-abris ne gênent pas le passage, ne sont pas agressifs entre eux ou à l’égard des passants et ne mendient pas (quoique, tandis que j’étais sur une terrasse à Ôsaka voici deux ans, une personne est venue me demander de l’argent). Sur ce dernier point, la quasi-absence de mendicité, le gaspillage leur offre de quoi se nourrir (produits périmés jetés par les supermarchés…) et ils ne demandent rien à la société car ils se sentent humiliés. Cela dit, leur condition est très difficile, car la société les ignore et les pouvoirs publics semblent s’occuper uniquement des cas les plus dramatiques. Enfin, comme l’écrit Angelo, il s’agit surtout de personnes âgées, qui sont victimes des insuffisances de la couverture sociale nippone depuis les années 1990.

      • Effectivement en France les gens ne volent pas pour se nourrir, Les gens volent car ils n’ont pas les moyens de s’acheter des choses de seconde nécessité qui permettent de montrer un certain niveau de statut social.

        Avoir un nouveau smartphone, renouveler régulièrement « sa garde robe » avec des fringues propres/stylés/à la mode, pouvoir se payer des produits autres que les premiers prix au rayon discount, etc… c’est pour l’image qu’on montre aux autres. Même si on ne meurt pas de faim c’est la honte de montrer qu’on a vraiment que le minimum.

  • Intéressant vraiment !
    Je dois allez m’installer à Tokyo en novembre et pour le moment je n’ai que 2 semaines de Japon au compteur 🙂
    Il est vrai que pour le moment je suis encore dans la période « lune de miel »pour moi on est effectivement à des années lumières de la France niveau sécurité, propreté, civisme etc… à voir si mon opinion changera avec le temps mais pour moi Tokyo est à l’image de la citée idéale. Pour ce qui est des prix, je confirme comme les autres coms. C’est beaucoup plus accessible qu’on ne le pense et meme moins cher que la France

  • Pour mon 3eme voyage au Japon, je regarde le pays différemment. Depuis ma dernière visite en 2012, les caméras de surveillance ont envahi Kyoto, les parapluies sont protégés par des cadenas à l’entrée des temples, les vélos ont des antivols… Obsession de sécurité des vieux japonais majoritaires ? Fissures dans la belle unanimité de sécurité et de propreté universelles ? Les jeunes semblent plus désireux d’imposer leur présence également : rires exagérés, classes en voyage moins tenues… Il me semble que calme, politesse et propreté exemplaires sont davantage le résultat des innombrables nettoyeurs individuels et du flicage omniprésent que de l’exemplarité individuelle qui se fissure.

    • Bonjour Alain,
      Je pense que vous voyais juste plus clairement le Japon. Les premières fois tout semble si parfait ! Après, impossible de se plaindre de la situation sur place quand on est Français 😉
      Les éléments négatifs sont encore assez rares pour qu’on les dénombrent. Tandis qu’en France on a arrêté depuis longtemps de compter le nombre de papiers par terre.
      Aussi loin que je connais le Japon, la plupart de vos remarques ont toujours fait partie du Japon. Il me semble même avoir lu que le taux de délinquance était inférieur à il y a quelques dizaines d’années.
      Je ne sais pas si j’ai la vraie réponse ou non, mais il est probable que seul votre regard ait changé ^^

  • Pas d’accord.
    Je vis depuis 4 ans à Tokyo. Je suis allé un peu partout dans le Japon. Les idées que les étrangers ont du Japon sont bien fondées.
    J’ai vécu en Angleterre, aux USA, au Brésil, j’ai connu beaucoup d’autres pays.
    A chaque fois déçu de l’écart qu’il y avait entre ce que je découvrais et l’idée que je m’étais faite de ces pays.
    Le seul pays pour lequel mon imaginaire a correspondu à la réalité, c’est le Japon.
    Tu montres une photo de tags apparement à Kyoto… Pour voir ce qu’il y a sur cette photo, il faut vraiment chercher. En voyant ça, les lecteurs vont penser que c’est taggé comme en France. Non, en général, le Japon n’est pas taggé. Si il est possible de voir de petits tags en cherchant, de manière générale, on peut dire que le Japon n’est pas concerné par les tags (sans commune mesure avec l’Europe ou l’Amerique). Ensuite, sur la sécurité, là aussi il faut remettre les choses à leur place. J’habite à 10 min de Shinjuku (gare la plus affluente du Japon). Je peux rentrer à trois heures du matin, même saoul, avec mon portefeuille qui dépasse de ma poche arrière, rien ne va m’arriver (même chose pour les femmes). Je ne me risquerais pas à la même chose en France. Pareil, ici, tout le monde dans les cafés laisse son pc, son portable sur la table au moment d’aller aux toilettes, et il ne se passe rien…
    Voilà, quelques details parmis d’autres qui recardrent un peu la situation pour les gens qui croient déjà en lisant cet article que le Japon, c’est le Bronx… ou en tous cas que ce n’est pas ce qu’ils croyaient…

    • Mon article explique simplement que ce genre de choses existent aussi au Japon. À aucun moment j’essaie de dire que c’est le bronx. D’ailleurs, je l’explique dans l’article. Ça fait presque 3 ans que cet article est publié mais pourtant personne n’a jamais pensé en le lisant que c’était le bordel au Japon. Après le rappeler via votre commentaire ne fait pas de mal, au cas où certains auraient du mal à comprendre les nuances qui s’y trouvent.
      Oui, le Japon est un pays sûr, on s’y sent très en sécurité, mais les problèmes existent aussi. Il ne faudrait pas non plus qu’en lisant votre commentaire, certains imaginent qu’il n’y en a jamais ici.

      Quant aux tags, s’il n’est pas possible de comparer leur nombre avec la plupart de pays occidentaux, ils existent, et il n’est pas si difficile de les trouver. Il suffit de savoir où regarder. Il y a en dans la gare de Shibuya (rare), autour de Shibuya (beaucoup), à Shinjuku, à Ueno (beaucoup) etc.
      Ceux qui en font essaient néanmoins de le faire bien plus discrètement que chez nous. Mais dire que ça n’existe pas, ou qu’il n’y a pas de voleur, pas de délinquance au Japon, est une erreur. C’est une réalité statistique. Il est possible de montrer que ça existe un peu ou d’en parler le temps d’un article sans que ça veuille dire qu’il y en a plein, non ?

      Pour prolonger sur les tags et graffitis au Japon :

      • Je comprends bien ce que tu as voulu dire.
        Il est clair que tu sais relativiser (pour toi-meme), car tu connais la realite personnallement.
        Ce n’est pas le cas de tous les lecteurs.
        Ton titre « Le Japon ce n’est pas ce que vous croyez » est accrocheur, et c’est plutot bon, car ca explique que je l’ai lu et que beaucoup de personnes l’on lu.
        Mais ce titre a une connotation assez negative. Meme si tu expliques par la suite que les proportions sont sans commune mesure avec la France ou d’autres pays.
        Avec ce titre le raccourcis est vite fait. Alors comme toi je vis au Japon et sais a quoi m’en tenir, j’ai simplement ecrit ce commentaire pour ceux qui ne sont jamais venus au Japon, ton titre etant un peu dramatique, je voulais les rassurer…
        Bonne continuation a toi

Trackbacks & Pings

  • Vues du Japon 3 | Un Gaijin au Japon :

    […] Pour beaucoup, le Japon c’est le pays parfait, le pays idéal, celui où tout est fait de telle sorte que rien ne va de travers. Mais est-ce bien là la réalité ? La vraie réalité, celle de tous les jours ? Lorsque l’on est touriste sur place ou lorsque l’on découvre ce pays à travers la télé, il est impossible de s’en faire une image réelle et complète. C’est pourquoi, l’excellent article d’Angelo, du blog Horizon du Japon, est une bonne manière de découvrir le Japon que peut de gens voient ou connaissent, celui de tous les jours. Et si vous voulez voir ce que c’est, allez par ici : http://www.horizonsdujapon.com/essais-reflexions-pensees/2637/image-japon-ce-que-vous-croyez-propret… […]

  • Découvrez l’autre face du Japon! | Les animes du côté obscur de LOM. :

    […] Le Japon, pays des samouraïs et des geishas. Archipel à la pointe technologique avec un niveau de vie très élevé. Voyager au Japon, c’est faire un bond vers le futur. Mais cette avancée frénétique vers un avenir technologique n’empêche pas son peuple de maintenir ses traditions pour former un cocktail paradoxal (pour nous, pas pour eux). Démocratie puissante, pays « clean », tourné vers l’écologie (pfff), proche de la nature avec comme fer de lance le fameux Mont Fuji. Terre composée d’immenses villes où les gens travaillent avec une grande précision du matin au soir et se déplacent dans des trains bondés jamais en retard avec des pousseurs sur les quais …une belle image non mais la réalité est autre et c’est grâce à ce blog que vous allez découvrir une autre face moins glamour du Japon! Lire les articles ICI ET ICI […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *