Osakura

On 7 avril 2014 by Angelo Di Genova

osakajo by night

Osaka la laide. Osaka la méconnue. Se pourrait-il que l’image de cette ville puisse éclore à nouveau comme le font les Sakura au Japon chaque année ? Se pourrait-il que ces fameux arbres daignent fleurir aussi dans cette citée mal aimée ? N’est-ce pas qu’un privilège pour les plus (soi-disant) belles ?

Tunnel

Bien sûr que non ! Même dans le pire des dépotoirs, les cerisiers japonais fleurissent. Même dans la pire des conditions, les Sakura sont le symbole du renouveau annuel, comme une envie de tourner la page de sa vie. Que réserve cette cuvée 2014 pour Osaka ?

harukas-shitennoji

En tout cas, comme chaque année, je me réjouis de revoir ces fleurs de cerisier. C’est un moment spécial. Je préfère la démentielle beauté de l’automne mais le printemps est chargé d’espoir. C’est la pente ascendante de la vie. Le temps est à la fête.

hanami

Osaka regorge de lieux propices pour profiter du Hanami, comme toutes les villes du Japon. Pour profiter purement et simplement des cerisiers au Japon, vous pourriez être aussi bien à pétaouchnok qu’à Kyoto. Tant que vous êtes au bon endroit au bon moment pour coïncider avec la pleine floraison.

lanterne

Chaque année, le temps me manque pour aller prendre tranquillement des photos car les cerisiers riment aussi avec haute saison touristique. Ça bosse dur ! Alors, je fais de mon mieux avec le temps qu’il m’est imparti. Car photographier les Sakura ressemble parfois à un marathon pour les photographes. On vient chasser la fleur comme on viendrait chasser une bête dans la jungle.

koi+sakura

En cette période, je me laisse surprendre à chaque fois par la beauté de ces arbres, ainsi que par le comportement des gens autour de moi. Pour les Japonais on dirait que les Sakura sont comme la lumière dans le noir.

Lumière

Ils s’immortalisent avec chaque année comme pour figer cette floraison si éphémère. Ils grandissent avec ça et répètent encore et toujours les mêmes gestes machinalement, comme ils le font dans des sanctuaires, priant des dieux dont ils ne croient pas l’existence. Peu importe la finalité, l’important c’est le geste. L’important c’est l’instant et non les conséquences de celui-ci.

photo

Un bourgeon fleurit pour mourir. Une vie s’allume pour s’éteindre. L’oeil finit toujours par cligner. Le coeur se contracte entre deux pauses. Un instant, une année et ça repart, encore et encore. À l’année prochaine …

blue-sakura

5 Responses to “Osakura”

  • Bonjour Angelo,
    Nous nous envolons demain avec une amie pour le Japon et plus précisément pour Osaka, que j’aime beaucoup et dans laquelle je n’avais malheureusement passé qu’une journée lors de mon dernier voyage nippon. Une unique journée parfois suffit à vous faire aimer une ville et vous y faire revenir…
    Est-ce que je peux me permettre de vous demander si le hanami est terminé ? Ou aurons-nous la chance de voir quelques fleurs encore ?
    C’est la première fois que je viens au Japon à cette période…
    Merci pour ce blog qui nous a donné plein d’idées.
    Bien amicalement,
    Mathilde

    • Bonjour Mathilde,
      Heureux de savoir que vous aimez déjà la ville d’Osaka. Oui, on peut aimer une ville dès ses premières impressions. Ce sont les aléas, les conditions, la sensibilité qui dictent ainsi nos avis. Heureusement, Osaka sait plaire à ceux qui lui en donne la chance. Et en général, ceux qui commencent leur séjour au Japon par ici, finissent souvent par aimer la ville. Comme quoi, le premier contact est important !
      Concernant le Hanami, il n’est pas terminé mais on a dépassé la pleine floraison. C’est joli bien que moins touffu et blanc mais c’est toujours la fête dans certains coins.
      Bon voyage !

  • La première photo est superbe, la lumière sur le chateau ça rend super bien avec le ciel d’après-coucher-de-soleil !
    Et puis en option on a « le mélange de tradition et de modernité » avec le building à gauche :P

  • Bonjour / Bonsoir.

    Ne tiendrait-il pas qu’à Osaka de devenir celle qu’elle fût en certains temps, une ville riche et prospère.
    Mais on a vraiment l’impression qu’elle ne le doit pas car trop « proche » de Tôkyô … (contrairement à Fukuoka, qui attire commerces, entreprises et technologies).

    C’est dommage pour cette ville, si proche (au vrai sens du terme ici) de Kyôto qui, elle, est très grandement visité (quoique cette fois, j’ai remarqué un phénomène que je n’avais pas remarqué les autres fois).

    • Bonjour !
      Sur Kyoto, quel phénomène as-tu remarqué ?

      Concernant Osaka, la situation est compliquée a plusieurs niveaux. On ne peut pas dire que ce ne soit pas une ville dynamique. Encore aujourd’hui.
      Elle a été et l’est encore sur de nombreux points, la capitale industrielle et commerciale du pays. Les plus gros groupes venaient ou étaient installés ici pendant l’essor économique du Japon dans les années 60, 70 et 80. La crise touche toujours beaucoup plus les villes comme Osaka, où se trouvent tant d’entreprises. Il y a donc eu presque 30 ans de disette. Mais depuis 2008 un renouveau s’engage ici. C’est palpable et ça augure de bonnes choses.

      C’est sur sa propre image qu’il doit y avoir du travail. Mais, on raconte tellement n’importe quoi sur Osaka en Europe que ça semble difficile de sortir des clichés. Ça arrivera. J’y travaille ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>