Les écrivains voyageurs Occidentaux au Japon

On 1 février 2010 by Angelo Di Genova

À partir de l’ère Meiji, les poètes et les écrivains ont enfin pu voyager dans le Japon et partager leurs impressions à travers des récits, souvent très intéressants. Ces personnes ont eu l’opportunité de rester au Japon pendant de longues périodes, voir d’y vivre. J’aime ces récits de voyages car ils me permettent aussi de voyager à travers eux.

Il existe bien évidemment quelques récits sur le Japon antérieurs à ceux de l’ère Meiji. Mais la plupart de ces écrits viennent de la plume de commerçants. Leur sensibilité est bien différente de celle d’un poète ou d’un écrivain.

Ici je vais seulement vous dévoiler les noms de ces artistes dans un certain ordre chronologique. Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à nous les faire partager.

Lafcadio Hearn : Il a connu l’ère Meiji et la période de transition où le Japon cherchait son identité entre orient et occident. J’aime beaucoup son livre Kokoro, témoin d’une époque lointaine où, malgré ce qu’on en dit, les japonais n’étaient pas si différents de maintenant.
Il a obtenu la nationalité japonaise après s’être converti au bouddhisme et s’être marié avec une japonaise. Il est connu au Japon sous le nom de Koizumi Yakumo.

Lafcadio hearn

Pierre Loti : Il est surtout connu pour son livre intitulé Madame Chrysanthème. C’est un drôle de personnage, partagé entre des descriptions formidables du pays et des remarques limite racistes sur les « jaunes ». Il reste néanmoins un précurseur. Ce n’est pas une vision d’artiste qu’il donne car c’est avant tout un marin.

Nicolas Bouvier : un des plus grands et des plus connus écrivain-voyageur. Ce suisse a visité toute l’Asie mais a dédié plusieurs livres sur le Japon dont le plus connu se nomme Chroniques japonaises.

Robert Guillain : journaliste embarqué dans la folle histoire de la seconde guerre mondiale. Il est arrivé au Japon sans a priori, sans préférences, sans jugements, quelques temps plus tard, il est tombé amoureux de ce pays où il va y passer la moitié de sa vie. Son livre Orient-Extrême laisse entrevoir que nous avons à faire à un grand spécialiste de l’Asie.

Jean-François Sabouret : écrivain contemporain. Créateur du CNRS à Tokyo, grand expert du système éducatif japonais. Son livre, Besoin de Japon est très sympa à lire.

Vous pouvez noter aussi Roland Barthes et son très fin Empire des signesFrançois Laut avec Maryse CondéPhilippe Forest et Maurice Pinguet. Il y en a peut-être d’autres que j’ai oublié. N’hésitez pas à partager vos connaissances.

Toutes les personnes citées plus haut ont relevés dans le Japon quelque chose de particulier, quelque chose qui les a charmé. Bien que tout ne leur plaise, ils ressentent comme une sorte d’attraction envers ce pays très particulier.
Leur nom mérite d’être cité. Merci à eux pour nous avoir laissé une trace de leurs impressions. Qu’on soit d’accord ou pas avec ce qu’ils évoquent, c’est toujours très intéressant à découvrir.

One Response to “Les écrivains voyageurs Occidentaux au Japon”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *