La Tentation de Kyoto de Jean Sarzana

On 18 juin 2015 by Angelo Di Genova

La tentation de Kyoto est un livre écrit par Jean Sarzana. Avant d’être un auteur, Jean Sarzana est pour moi « Monsieur Sarzana », un voyageur que j’ai accompagné à Kyoto en 2012. C’est donc ainsi que je vais l’appeler. Rarement j’ai eu autant de dialogues de fond sur mon pays d’adoption et sa culture qu’avec Monsieur Sarzana. Ces moments passés avec lui étaient particulièrement agréables. Il était curieux et moi j’aimais exposer ma vision des choses. Il rebondissait sur les sujets transformant la conversation en une escalade d’échanges réciproques, à en oublier presque le programme prévu de la journée. Avec des personnes qui élèvent autant la discussion, la balade passe à une vitesse folle !

En 2014, j’ai appris qu’il écrivait un livre. J’ai eu la chance et l’honneur d’aborder par mails divers points culturels avec lui. Puis il m’a fait cadeau d’un exemplaire dédicacé de son livre, une fois publié.

Ce qui est étonnant avec Monsieur Sarzana, c’est sa vision aiguisée des choses, sa sensibilité. Il a saisi d’innombrables points alors que son voyage au Japon était une nouvelle expérience pour lui. C’était en quelque sorte un novice, (bien que déjà venu une fois avant 2012) comme on l’a tous été lors de notre premier séjour dans ce pays. Et son livre garde humblement toujours cet angle confidentiel, comme un murmure laissant la place à un doute jamais esquivé tout au long des pages.

Pourtant, Monsieur Sarzana voit incroyablement juste ! Dans cet essai, il arrive à esquisser des contours particulièrement précis sur le Japon. Mené d’une main de maître, je lui envie la précision de son écriture, la justesse de ses mots, les formulations tantôt bienvenues, tantôt poétiques.

Sa justesse n’est pas uniquement possible par une analyse adroite, mais aussi par une exemplaire compréhension du monde, de l’être humain et des différences culturelles qui façonnent les peuples de la terre. Divergences de pensées, de valeurs entre les populations, il arrive toujours à se placer avec recul pour tenter de s’extirper autant que possible de son enveloppe d’Occidental latin.

Le Japon est un formidable terrain de jeu pour arriver à mettre en relief sa propre culture et sa propre éducation. Nous sommes tous des êtres influencés par nos parents et le cadre de notre vie passée et présente. Le monde est d’une extrême complexité. Difficile de porter un jugement de valeur objectif sur ce que font nos semblables ayant grandi dans un cadre à l’opposé du nôtre. Le Japon m’a permis, personnellement, d’élargir mon champ de vision, de m’apporter un peu de nuance. Mais Monsieur Sarzana est arrivé sur ces terres déjà fort de cette qualité. Et ça se sent.

Derrière un titre pas forcément révélateur du contenu de l’oeuvre se cache un ouvrage fin sur le Japon. Un livre inondé de réflexions qui rendent hommage à ce qui est important dans la vie. Un texte qui nous invite à tous d’essayer de voir au-delà et de trouver, en toutes choses, le bon équilibre entre le coeur et la raison. Je vous invite à lire « La tentation de Kyoto ».

__________

Suivez moi sur Twitter, Facebook et Instagram

13 Responses to “La Tentation de Kyoto de Jean Sarzana”

  • Et toi, un livre, tu n’y penses pas ?

    • La question à mille point ! 😀
      Bien sûr que j’y pense. J’ai plein d’idées et de choses à dire.
      J’aimerais aussi faire un livre bourré de photos sur Osaka et qui présente (enfin) correctement la ville. Mais quelle maison d’édition est intéressée par Osaka ? Difficile de s’extirper de Tokyo, Kyoto, des Geisha, Sumo et autres sushis. Je perds pas espoir et travaille petit à petit pour tenter de faire quelque chose un jour.

  • Il faut faire le tour des maisons d’éditions. Chacune publie son type d’ouvrages. Il faut voir ce qui dans leur ligne. Un regard particulier sur Osaka peut intéresser je pense… Moi j’ai publié le mien aussi l’an dernier : Une année de ma vie au Japon (sans photos), si je peux me permettre de le mentionner… Ganbatte ! C’est passionnant, écrire un livre !

    • Ton commentaire me motive. Félicitations pour ton livre. Pas de soucis pour en parler un peu ici 🙂

      • Merci ! Ce sont aussi mes impressions et reflexions sur le pays. Dans mon cas cela se passe tout au long d’une année type de ma vie quotidienne de Française résidente en situation de mariée à un autochtone ! Ce que j’aime, déteste, et ce sur quoi, je pense, n’aurai jamais fini de m’interroger !

  • SInon « La tentation de Kyoto » qu’est-ce-que c’est ? Une love-story avec une Geisha » ?

    • C’est une essai, un livre de réflexions comme on peut en avoir lors de nos premiers pas sur place.
      Le titre place Kyoto sur le devant mais le livre est beaucoup plus général.

      • Oui, je vois, merci. Rien à voir donc avec « l’île de la tentation » 😉 parce que le titre peut être suggestif ! Je vais peut-être me laisser tenter pour cet été…

  • Bonjour,
    Merci de faire partager à tous tes lecteurs ce petit bijou.
    Découvert l’année dernière, je l’ai déjà lu deux fois et je le fais circuler. C’est maintenant une nonne de l’école zen Soto qui l’a entre les mains. Il aide à comprendre sans juger, avec sensibilité. Il donne envie de retourner au Japon et d’essayer de s’y plonger un peu plus ou plutôt un peu mieux. J’aimerai maintenant lire une approche aussi sensible faite par des auteurs d’autres nationalités, découvrir si les étonnements d’un canadien, d’un brésilien, d’un congolais, mais aussi d’une auteure, si leurs approches seraient vraiment différentes.
    À rapprocher/opposer à un texte-liste des rapprochements/oppositions écrit par un jésuite portugais au XVIIe siècle, si ma mémoire ne me trahit pas. Livre qui est au moins aussi intéressant par la lecture « en creux » du monde européen à la même période.
    Mais pour toi, pourquoi pas travailler avec Monsieur Sarzana pour ton futur ouvrage ?

    • Oui, un rapprochement avec le Traité de Luís Froís serait intéressant.
      Travailler avec Monsieur Sarzana serait un honneur mais je pense qu’il a dit ce qu’il avait a dire sur le Japon. Un jour peut-être, mais j’ai envie de faire des choses spécifiques aussi.
      Merci pour ton commentaire en tout cas 🙂

  • Ce message du 18 juin m’a échappé, je viens de commander ce livre au feeling, sans aucune recommandation.
    Oui, Angelo il faut trouver un éditeur.
    Même si beaucoup de touristes font la tournée des musts, additionnent les étoiles comme un capital, il y a une nouvelle tendance, le slow voyage. Certains, dont moi, ne veulent plus aller faire la queue pour voir une belle expo, un beau musée ou un beau monument. On peut voir aussi beau mais simplement moins connu et donc moins fréquenté. Osaka à ce titre a toute sa place, son côté bonne cuisine ne peut qu’être une raison supplémentaire d’attirer des français/francophones. Il est temps de préparer l’ouvrage pour une sortie avant les événements sportifs qui vont mettre le Japon à l’honneur.

  • Nous rentrons du Japon et c’est comme si j’y étais encore ! Beaucoup de mal à me sortir de cette experience de vie si forte.
    Je cherchais un article sur les sanctuaires reconstruits tous les 20 ou 25 ans et je tombe sur ce blog que je n’avais pas repéré avant de partir.
    Nous ne sommes pas allés à Ise mon mari et moi mais avons passé une nuit à Koyasan avec encore assez peu de touristes et plus de pèlerins en ce moi de mai 2016.
    Et voilà que consultant ce blog à loisir je découvre à la rubrique livres la recommandation du livre de J. Sarzana. Nous l’avons acheté à la boutique du musée national de Kyoto. Et avons été effectivement très marqué positivement par cette finesse d’approche alors que l’auteur n’a approché ce pays que peu de temps ( ah l’intelligence du coeur et de la pensée) nous a-t-il semblé. C’est un remarquable essai d’une belle sensibilité qui se relit volontiers une seconde fois après le voyage.
    Nous avions lu le livre de Karine Poupée très documenté et qui demande de prendre bcp de temps… Mais dessine déjà bien des contours intéressants pour qui souhaite entrer dans la culture, l’économie, les modes de vie etc…
    Mais le vrai coup de coeur pour moi est bien le livre de J. Sarzana.

    • Bonjour Maryse,
      Merci pour votre commentaire 🙂 Content d’apprendre que vous avez aimé le livre de Monsieur Sarzana. J’envie vraiment sa plume ^^
      Si ce n’est pas déjà fait je vous invites à lire l’empire des signes des Roland Barthes. Il y a aussi Kokoro de Lafcadio Hearn (dans un autre style), ou encore certains ouvrages de Bouvier ou Donald Richie.
      Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *