La télé japonaise ça vaut quoi ?

On 15 février 2013 by Angelo Di Genova

DANS UN PAYS AUSSI DIFFÉRENT DU NÔTRE QU’EST LE JAPON, IL PARAÎT LOGIQUE QUE LA TÉLÉVISION IMPOSE UNE DISTANCE CULTURELLE DU MÊME ACABIT. DANS CET ARTICLE ON VA METTRE DE CÔTÉ LE VOYAGE AU JAPON ET LA PHOTO POUR APPROFONDIR UN PEU LE  VASTE SUJET DE LA TV AU JAPON.

Qui ne s’est pas étonné tout la première fois qu’il a entendu, aperçu, vu la télévision nippone ? Ces couleurs flashy, ces plateaux kitschissimes, ses intervenants qui gueulent, rient et font rire toutes les 3 secondes un audimat présent ou artificiel, ses sous-titres colorés et énormes qui apparaissent à l’écran, ses bruitages de fête foraine, ses pubs pleines de chansons et la bouffe omniprésente. Il suffit de regarder la télé moins d’une heure pour avoir apprit un premier mot de japonais : « Oishii » qui veut dire « c’est bon ».

LA NOURRITURE

J’ai grandit avec la double culture italienne et française. Moi qui pensait connaître les pays les plus obsédées par le fait de bien manger, je suis tombé de haut en arrivant au Japon. Ici, la nourriture c’est une religion. La proportion d’émissions qui traitent en totalité ou partiellement de la nourriture sont innombrables dans ce pays ! Quand on est confronté pour les premières fois à la télé on ne se dit qu’une chose : « Mais ils ne font que bouffer ces Japonais !! »
En réalité, la nourriture n’est pas systématique. On trouve des émissions abordant de nombreux sujets. Ce sont juste les proportions qui sont étonnantes.

La tv est un média privilégié dans l’industrie si florissante de la consommation au Japon. Elle façonne consciemment ou non les esprits et leur donne envie de consommer. Des émissions splendides font parfois le tour des plus belles auberges traditionnelles perdues dans la nature avec des bains onsen en face d’un coucher de soleil ou du Mont Fuji. Comment ne pas avoir envie de vivre soi-même ces moments ?

Mais le Japon ne s’en cache pas. « Venez acheter, venez consommer ! » c’est assumé et normal ici. Il n’y a qu’à voir les pubs. Si les coupures sont bien plus courtes que chez nous, elles sont en revanche bien plus nombreuses.

PUBLICITÉ

Pub pour de l’alcool, pour des sociétés qui organisent votre futur mariage, pour de la chirurgie esthétique, des pianos, des agences immobilières ou des magasins d’électronique. On voit même de courtes bandes-annonces de films bientôt à l’affiche ou des extraits du futur album de chanteur à la mode.

Mais ce qui est étonnant aussi avec les pubs, c’est la manière dont l’humain est utilisé systématiquement dans la communication. On a l’impression que les pubs mettent en avant la personne qui utilise le produit et non le produit. Parfois, on a du mal à le visualiser tant il est éclipsé par un acteur ou un sportif qui en devient l’ambassadeur pour quelques secondes.

Dites-moi, sur la photo ci-dessous, vous regardez bien tous le numéro de téléphone n’est-ce pas ?

LES INTERVENANTS

Le monde de la télé au Japon est à part. Les personnes que vous voyez sont des célébrités : acteurs, chanteurs, idols, comiques, présentateurs etc. Beaucoup ne font rien de spécial dans la vie. Leur travail c’est d’être présent et de prendre la parole durant les émissions. Ils sont choisis pour leur profil. Ils doivent être bizarre, drôles, bêtes, beaux ou très laids. Ce sont des clichés, des caricatures, des personnages qui font partie de l’univers de la tv au Japon et qui sont omniprésents. On invite que très rarement des personnes méconnues. Même pour les jeux télévisés avec récompenses à la clé, on ne fait pratiquement jamais participer monsieur tout le monde.

HUMOUR ?

Le style humoristique est très différent comparé à chez nous. En France, c’est la culture de la vanne et des remarques subversives. On doit avoir un bouc-émissaire et on l’achève en le parodiant. Ici, on attaque pas systématiquement quelqu’un. La parodie d’ailleurs est présente à une proportion vraiment moindre qu’en Europe. Impossible de voir une émission comme les Guignols ici. Ça touche la politique, les dirigeants, l’autorité. Au Japon, on accepte la dérision uniquement pour des domaines étiquetés comme moyennement respectables (AKB, univers Otaku, etc).

Ici, c’est souvent du rire par le visuel, des mises en situation, mais quand on comprend le japonais on se rend compte que ça enchaîne aussi pas mal. Ils ont l’esprit vif ces célébrités et présentateurs, pas de doute.

REFLET DE LA SOCIÉTÉ ?

Marchez dans la rue au Japon et vous constaterez le calme ambiant. Les gens sont plutôt discret et respectueux. Allumez la tv et vous verrez tout le contraire. Non ! La télévision japonaise n’est pas le reflet exact de la société. Les Japonais vivent souvent par procuration via le petit écran. Ils regardent ce qu’ils ne peuvent pas se permettre de faire sauf à de rares occasions ; où là, on se rend compte du côté excessif des Japonais. Avec eux, c’est tout ou rien ^^

À la télé, on voit régulièrement des travestis (j’en ai jamais vu autant de ma vie qu’à la tv jap), des homosexuels ou transsexuels, des métis et même des étrangers. Une simple balade dans la rue permet de voir une nette différence. Par exemple, il est vraiment rare de voir des homosexuels au Japon. Ils sont là, mais la plupart le cachent bien.

Le Japonais de base rentre du boulot, allume la tv et se relaxe avec une bière à la main (cliché ^^). Il n’a pas la tête à trop penser non plus car le cadre strict doit se terminer au travail. Le costume noir est remplacé par l’arc-en-ciel de couleurs de la tv. Ça rigole, ça crie, ça pleure, ça s’exprime, ça lance des vannes, ça fout des baffes, ça coupe la parole, ça danse, tout ce que l’on ne fait pas lorsqu’on travaille ou dans la vie en public. On oublie la journée éreintante qui vient de s’écouler. La bonne humeur revient et c’est reparti demain.
La télévision est aussi en quelque sorte un régulateur.

TÉLÉ RÉGIONALE

La télé locale et régionale est extrêmement développée ici. Impossible d’avoir exactement la même chose toute la journée partout dans le pays. De nombreuses émissions sont créées pour leur régions exclusivement. Notamment toutes celles (sympa d’ailleurs) où l’on suit une personne qui fait le tour des restos. Si ces derniers se trouvent à 1000km où est l’intérêt ?

Cet aspect régional développe aussi l’identité locale et soude les gens entre eux. On se sent appartenir à une région et c’est appréciable. La France est très loin d’atteindre le même niveau.

TV & CULTURE

On a souvent tendance en France à être fier de notre télé sous prétexte que l’on offre une bonne dose de culture et de sujets intéressants ou intellectuels. Si c’est probablement justifié, le Japonais te dira que s’il veut se cultiver, il achète un livre. Et personnellement, il n’a pas tort. La télé a toujours été un média de divertissement avant tout.

Et pour enfoncer un peu la tv française, je dirai que si l’excellent est présent, elle atteint plus souvent le fond que la tv japonaise. Perso au Japon, j’ai jamais vu une émission avec 12 trous de balle sortis de nulle part, enfermés dans un loft avec des caméras partout.

En revanche, si la chaîne franco-allemande ARTE n’a pas d’équivalent au Japon, NHK peut lui tenir tête, surtout concernant ses reportages, parmi les plus réputés au monde.

AU FINAL

Je ne regardais presque jamais la télé en France. Ici, je l’allume parfois juste pour l’ambiance et la regarde volontier quand certaines émissions passent ; chose que je ne faisais jamais en France, à part à l’époque avant internet, où un des rares moyens de voir des choses sur le Japon c’était de traquer les reportages à la tv.

Au final, je trouve la télévision japonaise pas si mauvaise que ça. Comme pour tout, il faut trier, mais l’inventivité est là ! Et ça fonctionne bien. Elle est attachante même si plein de truc saoulent vraiment : les pubs omniprésentes, les réactions stéréotypées et excessives, le manque d’authenticité de situations trop théâtrales, les femmes qui pleurent à chaudes larmes forcées dès que la moindre histoire triste est traitée, trop de drama ridiculement nuls (je zappe direct), les obèses qui sont ouvertement insultés et doivent forcément jouer le rôle du bouffi-bouffon sans que ça gêne qui que ce soit, le marketing à outrance, le statut de la femme (femme au foyer, tablier, ménage).

Mais avant tout, la télé japonaise c’est l’apologie de la bonne humeur et devinez quoi, la culture de la bonne humeur, c’est justement ce qui parfois manque cruellement chez nous.

SÉLECTION PERSONNELLE D’ÉMISSIONS

世界ふしぎ発見 – Sekai Fushigi Hakken : À la manière d’un documentaire, un reporteur se retrouve propulsé quelque part dans le monde où il va présenter les particularités de la vie locale et montrer les bizarreries. L’émission est ponctuée de questions où des invités doivent deviner les réponses et faire des propositions. La bonne réponse est montrée en image par le reporter sur place. On voyage, on découvre, on rigole parfois avec les réponses des invités. Plutôt sympa !

よーいドン – YooiDon : Une exclusivité du Kansai, où chaque matin on suit un homme descendre d’une gare au hasard dans la région à la découverte de la vie locale. On croise des gens de tous les jours, on découvres des vies, des talents, des petits restos, des grand-mères franchement marrantes. C’est simple, humain, réel.

ケンミンSHOW – Kenmin Show : Une émission qui met en avant les différences entre les habitants des départements du Japon. C’est vraiment sympa à regarder ! On découvre plein de trucs et on se rend compte que la culture régionale est vraiment marquée dans ce pays. Et puis, Osaka, en bonne capitale japonaise des habitants peu farouches, a son moment de gloire chaque semaine.

グっと!地球便 – Gutto ! Chikyubin : Une émission dont le principe est de montrer à une famille un reportage qui présente la vie choisie par un de leur membre parti s’installer à l’étranger. C’est intéressant de découvrir les profils. On y voit des Japonais à la poursuite de leurs rêves et qui ont eu le courage de tout plaquer. L’équipe de l’émission part donc à la découverte de cette personne pour en faire un reportage. Ce dernier permet aux membres de la famille de voir clairement comment se déroule la vie pour leur proche parti si loin. Ce qui énerve parfois ma femme et moi quand on regarde l’émission, c’est la mentalité de certaines familles. 10, 20 ans que leur proche est parti et ils n’ont jamais daigné se bouger le cul pour sortir du Japon et aller le voir de leurs propres yeux. C’est dingue !! On pourrait croire que c’est par manque d’argent mais quand je vois de grandes maisons avec des BMW garées devant et des écrans plats plus grands que mon appart, j’imagine qu’un voyage au Cambodge ça doit être faisable.

しゃべくり007 – Shabekuri007 : 7 des comiques et comédiens les plus connus du pays accueillent un invité surprise (acteurs ou autre). S’en suit rigolades, vannes et mises en situations parfois très marrantes. Faut dire que pour réunir sur un même plateau ces 7 loustics faut pas avoir peur que ça devienne n’importe quoi.

世界の果てまでイッテQ – Sekai no Hatemade ItteQ : L’émission est composée d’une équipe de célébrités bien tarées qui sont propulsés à travers le monde pour des défis divers. On a Imoto qui ne se donne aucune limite, entre ascension du Mont Blanc et soupe de serpent. Ou encore l’homme-matsuri dont la mission est de participer à toutes les fêtes et concours les plus fous à travers le monde. C’est un peu de Jackass, un peu de voyage, un peu de délires et de rigolades avec des membres qui ne se prennent pas au sérieux.

ビフォーアフター – Before After : Une émission sur la rénovation de vieilles maisons qui ridiculise les nôtres tant elle place la barre très haute. On découvre en profondeur le style de construction des maisons au Japon et plein d’idées géniales proposées par des architectes professionnels.

にじいろジーン – Niji-iro Jin : Une émission coupée en 4 parties dont 2 que j’aime bien. Celle où Jin, une peluche ^^ part en voyage à la découverte des villes du monde entier et celle ou une jeune femme part aider pour une journée des agriculteurs dans des campagnes reculées du pays.

Oui, je sais, ça parle pas mal de voyage dans ma sélection. Mais que voulez-vous. Chassez le naturel . . . ^^

Pour info, je tiens à préciser que tout n’est pas dit dans cet article. Il reste encore des thèmes à aborder et je ne suis pas un expert du sujet, je préfère lire un livre, aller me promener dans des coins que je ne connais pas ou rigoler avec mes proches. Ensuite, je ne cherche pas à imposer ma manière de penser. Mais rappelez-vous que peu importe les domaines, avoir un avis c’est facile. Le plus dur c’est de se faire le sien.

10 Responses to “La télé japonaise ça vaut quoi ?”

  • Ce que ça me manque la tv japonaise. Je crois que c’est exactement ce que tu dis : la tv devrait, à mon sens, rester un divertissement.
    Bien entendu il faut sa dose de JT et météo. ^^
    Je n’ai que NHK World en tête comme comparaison, mais vis à vis d’arte la chaine japonaise joue un peu plus souvent sur des accroches sur ses bandes annonces de documentaires.
    Perso la télé je l’allume que sur une chaîne de geek à taille humaine qui n’a de télé que l’appellation. 😉

  • Haaa, Gouriki Ayame et ses jolies yeux !

    Sinon, tu as bien résumé l’idée de la TV jap

  • Bel article, beau travail ! Etudiant en journalisme, l’univers des médias m’intéresse bien évidement et ton article complet donne une bonne idée de la télé japonaise !

    • Merci ^^
      Tu es étudiant en journalisme ? C’est cool ça ! Quand est-ce que tu écris un article sur les Osaka Safari ? ^^

      • Oui oui, je suis bien étudiant en journalisme ! 🙂 En dernière année. Mon mémoire porte d’ailleurs sur le journalisme de catastrophe et l’accès aux sources d’information, avec comme cas d’étude la couverture médiatique du séisme, du tsunami est des accidents nucléaire de la centrale n°1 de Fukushima (et oui, on reste passionné par le Japon jusqu’au bout^^).
        En ce qui concerne l’article sur les Osaka Safari, crois-moi, je rêve de pouvoir l’écrire (ça voudra dire que je les aurai testé 🙂 ). Simple problème de temps pour me rendre au Japon (en tout cas jusqu’à juin de cette année !). Mais, promis, je n’oublierai pas le bon travail que tu fais (n’oublions pas Yann et David^^).

  • Bonjour/bonsoir.

    « Dites-moi, sur la photo ci-dessous, vous regardez bien tous le numéro de téléphone n’est-ce pas ? » <<< Oui oui, bien-entendu!!!

    C'est vrai que la première fois que j'ai vu les émissions Nippones, je me suis dit que TF1 et M6 (entre autres) étaient des chaînes intellectuelles.

    Bon, depuis, j'ai vu d'autres émissions TV Nipponnes et j'ai été rassuré sur la nature de TF1 et M6 (entre autres) ^^.

    Pour ta sélection, assez d'accord. Ajouterais-je 笑ってこれて(enfin la partie 日本列島の度 qui ne dure jamais longtemps T_T), 世界へ行ったら本当のとこだった, …

    • Oui, c’est bien de rajouter des choses à la liste car celle-ci est non exhaustive. C’est une présentation de concept afin de montrer qu’il y a de l’idée aussi à la tv au Japon !
      PS : rassuré de savoir que tu regardes bien le numéro de téléphone 😀

  • Ahah encore un article très intéressant, j’aime beaucoup le « Mais avant tout, la télé japonaise c’est l’apologie de la bonne humeur et devinez quoi, la culture de la bonne humeur, c’est justement ce qui parfois manque cruellement chez nous. » C’est vrai qu’on se moque souvent des émissions japonaises mais au final l’important c’est de s’amuser 😉 ( même si certaines émissions françaises sont très drôles aussi :p )

  • Ha les dramas, j’ai le sentiment que cela n’a pas été trop ton dada. Pourtant cela change énormément des autres programmes japonais.

    • Effectivement, ce n’est pas du tout mon dada 🙂
      Même si j’en ai vu quelqu’uns, peut-être 3 en entier, sinon quelques bouts, je reste globalement vraiment très peu convaincu par les sujets, l’esthétique, la mise en scène et les acteurs, même si il y a toujours de la qualité quelque part. Je regrette surtout que la culture anime-manga, qui inonde les dramas, influence aujourd’hui aussi les codes du cinéma. Tout cet univers (émissions, célébrités, musique, drama, cinéma) est aujourd’hui surtout financé par les chaines de télé qui tirent les ficelles de cette opulente industrie. Résultat ? Le Japon vit peut-être sa meilleure période en terme de bénéfices sur ces biens culturels, mais la pire de l’histoire en terme de qualité cinématographique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *